Steve Nomad

Le retour des barbares

Je ne veux pas vous raconter des histoires
mais ça me fait parfois comme à la case-à-chocs un samedi soir
La salle transformée en dépotoir
tandis que des gars s’affalent et dégueulent sur le trottoir (suite…)

Il faut leur dire

Zied, quand tu seras de retour dans ton pays,
N’oublie pas de leur dire comment on vit ici
leur dire que les histoires qu’on vous a racontées
ne sont le plus souvent que des mensonges éhontés (suite…)

Le clash

J’ai balancé mon dernier son sur repreZent,
et voilà que déjà tous les bouffons me descendent
me démolissent à disserter sur mon flow et me dissent
me vomissent avec des arguments que j’encaisse mais sur lesquels je pisse (suite…)

Sans toi

Sans toi mes mots je le sais ne sont que dérisoires
ils disent des émois pour lesquelles ils ne sont qu’un dévidoir
même moi je les sais morts sans toi pour auditoire
mais toi tu as tort si tu crois n’être pour moi qu’un faire-valoir (suite…)

U Tempu

Je vous parle d’un navire de terre, de maquis et de pins
que rien ne peux faire dévier de son chemin
une terre de beauté plantée au milieu de la mer
une terre qui pour son peuple sait se faire mère nourricière (suite…)

Berne

Cela fait longtemps déjà Berne
que tu m’as ouvert tes bras
plutôt timidement, Berne,
pas en grand, ça tu ne le fais pas (suite…)

Porcelaine

Refrain
L’amour est comme une porcelaine
qui se rit de tout et que rien ne gangrène
L’amour est comme une porcelaine
qui se lie partout et qui partout essaime
L’amour est comme une porcelaine
qui se vit par tous et que rien ne malmène
L’amour est fait d’une porcelaine
qui résiste à tout tant que la coupe n’est pas pleine
(suite…)

One Pack

Refrain :
One pack, two pack
Que tu sois maghrébin ou black
(suite…)

Moments Précieux

1 et 2, 10 et 2, moi 16 sous peu, ce n’est pas trop peu pour tomber amoureux
Plutôt piteux, presque miteux, j’ai tenté petit à petit de me mettre en jeu
Timide et anxieux, d’esprit scabreux, c’est peu dire, mais j’avais si peu du beau ténébreux
Debout devant toi, j’ai su dès le début que pour toi tout ça n’était pas plus qu’un jeu
(suite…)

Jean-Benoit et Robert

Strophe 1
Jean-Benoit et Robert
deux jeunes de bon caractère,
pas d’allures de gangster,
ados dont les parents se montrent fiers
(suite…)

Dans Mon Coeur

Refrain
Look in these eyes you’ll see the dark.
That little space inside my heart.
The darkest side withholds the light.
The light that brightens me inside
(suite…)

Dans Le Flow

Je suis dans le flow, sur une terrasse de bistro
batida de coco, je mate des jolis lots
Je suis dans le flow, sur une terrasse de bistro
verre de mojito, c’est ça la vie de château

Hello amigo, il fait beau à midi,
fini le boulot, le soleil au plus haut
des girls brasero ont les jupes à mi-cuisses
le cœur allegro comme à une finale de miss-suisse

j’ai dans la tête, des idées peu banales
pensées qui échappent au contrôle parental
jeux interdits, miss dégourdies
demain c’est dit, de mes vices j’t’aurai tout dit

En pédalo menthe diabolo
joli tableau sur mon îlot piccolo
moi, mégalo, moi, même à l’eau,
si elle est solo, je me la joue au culot

Du magnéto sort un son de follo
je fais mon show et qui m’aime me follow
tu vois le topo, je ne fais pas de philo
vaut mieux un peu phallo, plutôt que trop pallot

Les 20 degrés passés, je pose ma cravate
que ce soit de force ou de gré, si tu t’opposes je te savate
suffit d’un parasol, d’un banc, de ma gratte,
d’un coussin à ras le sol et d’un peu de picrate

Quand le chef m’appelle, moi j’ignore ses appels
du taf à la pelle, mais j’adore mon archipel
factures et rappels, passent tous à la poubelle,
je fais la belle, je suis si bien sous mon ombrelle

Tirer les rideaux et traînasser au lit
c’est ma libido, qui te flanque le tournis
tangage et roulis, jeux body body
je risque l’embolie pour un petit coup de folie

Dans mon hamac je me relaxe
chips, petits snacks et des canettes en six packs
la vie de clodo, surtout quand il fait chaud
sans laptop, ni handy, c’est un peu le paradis

Perdu Sans Toi

Quand je t’ai rencontrée, moi je n’avais rien demandé
à cause de ta beauté, je n’ai pas pu passer à côté
Vite apprivoisé je t’ai montré ma face cachée
celle que je réservais à celle dont je rêvais

tu t’es approchée, puis dans tes bras tu m’as serré
mon cœur bien accroché n’était pas assez assuré
ma conduite achoppait, par ce désir exacerbé
ce qui nous a rapproché, sont pas tes flèches trop acérées

devenu inséparable, à jamais,
ne faisant toi et moi plus qu’un désormais, unis dans le désordre même
réfugiés sous le même toit pour mon éternité
c’était facile pour moi de jurer fidélité

Par un même rythme habité, par tes bras, bien abrité
comme un seul rire agité, qui fait vibrer, sans effriter
ton cœur et le mien sans fébrilité
en chœur et demain comme un champ de liberté

Perdu sans toi je n’aurais jamais pensé
que de sang-froid je t’aurais délaissée,
moins dédaigné d’ailleurs, qu’ainsi dire oublié
moins laissé pour ailleurs, mais du quotidien effacé

Nos corps sans harmonie, plus rien ne résonnait
des accords à l’harmonie qui demeuraient muets
sans rien pour faire écho à mes rêves éveillés
trompettes de Jericho silencieuses à jamais

Les semaines ont passé, les mois, puis les années
tu t’es fait réservée sans jamais me quitter
Plus fidèle que moi ou plus confiante en ton attrait
tu as su croire en moi quand je t’abandonnais

La vie t’a donné raison, nous nous sommes retrouvés
à un moment un peu con où je ne pouvais plus avancer
Quand il me semblait que tout le monde le dos me tournait
Toi tu m’as tendu les bras, toi tu me souriais

Perdu sans toi, il s’en est fallu de peu, mais
je t’ai retrouvé alors que je perdais pied
dans une mer rendue sauvage, quand je chavirais
Comme une bouée de sauvetage que tu m’aurais lancée

Personne à qui parler, c’est à toi que j’ai confié
mes peines et mes douleurs, ce qui me désolait
Sur tous mes bobos, j’ai appris à mettre des mots
pour te confier des maux qui m’auraient envoyés au tombeau

Quand je songe à ces moments difficiles je sais
qu’ils m’ont permis c’était utile de te retrouver
Depuis tu habites mes nuits, tu égaies mes journées
et je passe mon temps à t’écrire à te jouer

Perdu sans toi musique, désormais je le sais
ce n’est pas être impudique que de le clamer
Je suis perdu sans toi, ce n’est plus à prouver
je te garde avec moi, pour toujours à mes côtés